Antimena
+ de visites, + de contacts, + de ventes. Votre annonce ici...

La zone protégée de Menabe Antimena est une nouvelle aire protégée de la région de Menabe (Ouest de Madagascar), qui couvre l’Allée des Baobabs. Joyau de la biodiversité, cette aire protégée est l’un des sites naturels les plus visités de Madagascar.

Des centaines de milliers de visiteurs annuels, nationaux et internationaux, contribuaient à la création d’emplois et à l’amélioration des revenus de la région. La forêt sèche dense constitue la majorité de la surface de l’APMA. Cette forêt retient le sol et l’eau grâce aux nombreuses racines des plantes. Elle contribue ainsi à limiter l’érosion et le risque de sécheresse dans la région.

+ de visites, + de contacts, + de ventes. Votre annonce ici...

AntimenaLes baobabs sont les seuls arbres qui subsistent, sur une grande partie des surfaces défrichées. Mais sans les chauves-souris et les lémuriens, agents pollinisateurs, ils sont aussi en voie d’extinction. Car aujourd’hui, les habitats naturels de ces animaux ont quasiment disparu. En plus du fait que le baobab est un formidable réservoir d’eau qui peut stocker jusqu’à 100.000 litres dans son tronc, les services offerts par le baobab sont connus depuis longtemps. La pulpe du fruit est utilisée en médecine traditionnelle (contre la fièvre, les douleurs et les diarrhées), dans l’industrie alimentaire (jus et insecticides naturels), et dans la cosmétique.

Menabe Antimena est aussi une forêt de mangrove qui joue un rôle important dans l’atténuation des effets du changement climatique. Non seulement un puits et une réserve de carbone, les mangroves protègent également contre l’érosion marine et d’autres risques climatiques, comme les inondations cyclones.

La destruction actuelle de l’APMA va nous conduire tout droit à une catastrophe humanitaire car demain ces populations n’auront ni ressources ni revenus.

Notons que la zone a perdu 40% de son couvert forestier en à peine 10 ans. Selon le WWF Madagascar, à ce rythme, une grande partie de la forêt du Menabe central risque de disparaître complètement avant 2050, l’Allée des Baobabs ne serait plus là en 2050. La migration des habitants du sud fuyant la sécheresse, les cultures illégales de maïs et d’arachide, l’agriculture itinérante, le défrichement, la corruption, la pauvreté et le changement climatique sont autant de tempêtes qui secouent la région, notamment l’APMA.

Que voir ?

  • Pyxis planicauda (Tortue à queue plate, Kapidolo), espèce endémique du Menabe Antimena
  • Des forêts de palissandre