Chocolat de Madagascar

Réputé pour sa biodiversité unique et sa beauté naturelle, Madagascar l’est aussi pour son chocolat. De l’Europe en passant par l’Asie jusqu’en Amérique, le chocolat de Madagascar rend fou les connaisseurs ou les simples amateurs de ce petit pêché mignon.

Dans les salons internationaux dédiés au chocolat, impossible de ne pas tomber sur l‘incontournable chocolat de Madagascar. Ce produit est très sollicité par les consommateurs internationaux grâce au taux de cacao fin 100% qu’il contient et qui lui donne un goût très spécial.

Pourquoi le chocolat de Madagascar est considéré comme l’un des meilleurs chocolats au monde ?

Le cacao de Madagascar s’exporte. Les gens d’affaires du monde entier notamment africains et malagasy en tirent bénéfice. Celui du cru de Sambirano est très apprécié. Sambirano, localité du Nord de Madagascar, est le berceau des rares fèves de cacao aromatiques. Ces fèves sont les meilleures au monde grâce à leur douce saveur fruitée sans être trop amère. L’île Rouge peut en être fière. Donc, le chocolat de Madagascar tire entre autres sa qualité dans son principal ingrédient qui est le cacao.

Pour la petite histoire, les conditions climatiques et géographiques de la Grande île ont favorisé l’évolution des plants de cacao qui y furent introduits il y a quelques dizaines d’années. Distingués parmi les autres variétés, ils produisent des fèves à la génétique et au goût sans pareil, d’où le classement attribué par l’Organisation Internationale du Cacao à ce produit du terroir en « cacao fin » qui produit, bien entendu, du chocolat fin. Le cacao fin et le chocolat fin sont très demandés par les chocolatiers célèbres du monde grâce à leur haute qualité.

La vallée de Sambirano et la production de cacao

Madagascar fait la différence en termes de production de cacao. Elle trouve sa particularité dans le fait qu’elle produit à la fois les trois variétés les plus recherchées au monde. En plus précis, dans la vallée de Sambirano, dans le Nord-Ouest du pays, il existe une plantation où l’on cultive les trois espèces d’arbres cacaoyers afférentes à savoir le forastero, le trinitario et le criollo.

Le forastero représente la majorité de la production mondiale avec son taux de 80 à 90%. Vient ensuite le trinitario qui affiche un taux de production de 10 à 20%. Le criollo à l’arôme unique et à la douce amertume est produit à 1 à 5%. Admettons que c’est normal, sachant que les choses précieuses sont toujours rares. Telle est la loi de la nature. La variété de cacao criollo est en effet la plus demandée sur le marché international.

Le chocolat « Brickaville » fait partie de la gamme des « chocolats rares »

Le chocolat le plus rare du mondeChocolat fait à base de cacaoyers sauvages de Brickaville, d’où il tient son nom. Le chocolat « Brickaville » fait partie de la gamme des « chocolats rares » de l’atelier C, en France, fabriqué en collaboration avec la Chocolaterie Robert. Ce chocolat est aujourd’hui qualifié d’être l’un des plus rares chocolats du monde entier. « Brickaville » est conçu à base d’une variété assez rare de cacaoyer, les criollos. Une variété rare, vu qu’elle représente aujourd’hui moins de 5% de la production mondiale.

Pour les détails, le pur criollo  est un pur cacao fin, réputé pour ses nobles et exceptionnelles qualités aromatiques. Il est donc le plus rare mais aussi le plus cher sur le marché.

Saveurs. La rareté de la variété de cacao, origine de « Brickaville », n’est pas la seule cause de ce chocolat hors du commun. L’environnement en est aussi pour beaucoup. Les cacaoyers sauvages ne poussent pas seuls. Ils sont notamment entourés de plusieurs  plantes aux saveurs diverses comme la canne à sucre ou encore le café. Ces plantes ont donc inévitablement une influence sur les saveurs de la cabosse, fruit du cacaoyer. Le chocolat « Brickaville » possède ainsi une note aromatique au nez de fleurs séchées avec discrète amertume de caramel brun.

La texture riche en beurre de cacao laisse fuser de belles notes de cacao et café torréfiés, de pâte d’amande et d’agréables fruits rouges subtilement acidulés. Pour la petite histoire, les cacaoyers de Brickaville figurent parmi les tous premiers cacaoyers plantés à Madagascar en 1887, par un colon français. Des cacaoyers qui ont ensuite été oubliés et revenus à l’état sauvage, avant d’être redécouverts. Ce caractère sauvage amène une touche particulière à « Brickaville ». En tout cas, cette tablette est entièrement fabriquée et emballée à la main par la Chocolaterie Robert de Madagascar. En France, elle est vendue à 16 euros, soit près de 64 000 ariary, la tablette de 100g.

Le chocolat de Madagascar perce le marché international

Macaron au chocolat Grand Cru de la plantation Mangaro (Madagascar) agrémenté de petits éclats de grué.
Macaron au chocolat Grand Cru de la plantation Mangaro (Madagascar) agrémenté de petits éclats de grué.
esquimaux
Esquimaux produits avec du Chocolat noir Grand Cru de Madagascar, chocolat lait caramel à la fleur de sel, ou passion pistaches

Créé en 2013 avec la Chocolaterie Robert, le label Chocolat Madagascar est spécialisé dans le chocolat haut de gamme, issu d’une chaîne de production éthique, le chocolat cultivé, fermenté et fabriqué à Madagascar, commercialisé et distribué au Royaume-Uni et à Madagascar. La Chocolaterie Robert a remporté 38 prix internationaux depuis 2014.

Le chocolat équitable

Chaque acteur récolte sa part d’avantage. L’acteur principal est la Chocolaterie Robert dont l’usine est implantée à Antananarivo. Il a remporté de nombreux prix internationaux. Il va de soi qu’il porte haut le flambeau de Madagascar, pays qui compte pourtant parmi les plus démunis du monde.

Les consommateurs participent aussi au développement de la filière. Les Européens, les Asiatiques, les Anglais, les Américains et les Africains apprécient ces tablettes de luxe enveloppées d’un emballage typique, hors du commun. N’oublions pas les gens des îles des quatre coins du monde. On aime ces friandises coupe-faim hautement chocolatées, distribuées dans la capitale de la Grande île. Prenant diverses formes amusantes, elles font le bonheur de la population locale.

L’on est au temps où l’on envisage de rendre le chocolat de Madagascar le plus équitable possible, en faisant en sorte que les producteurs, allant des paysans aux artisans, récoltent les fruits et avantages de leur labeur et savoir-faire.