Au début du XXIe siècle, le peuple d’Antananarivo est très cosmopolite. Les 18 ethnies de Madagascar y sont représentées. Pour les touristes de passage dans la Grande île, la capitale est donc le lieu idéal pour rencontrer à la fois les :

  • Merina, constituant l’ethnie originaire de la capitale anciennement appelée « Analamanga » ou la forêt bleue, ainsi que des contrées environnantes ;
  • Betsileo, ceux originaires de la province de Fianarantsoa, toujours sur les hauts-plateaux, au Sud de Tana ;
  • Bara, peuple du sud de la province de Fianarantsoa ;
  • Betsimisaraka, peuple provenant de la partie orientale de l’île ;
  • Zafisoro, tribu du sud-est du pays au même titre que les Antaisaka, les Antaifasy, les Antaimoro et les Antambahoaka ;
  • Antandroy, ethnie du Grand Sud, tout comme les Mahafaly ;
  • Antanosy, clan dont la majorité s’installe dans la région Agnôsy, entre celles des Antandroy et des Bara ;
  • Antakarana, tribu du Grand Nord ;
  • Tsimihety, population du Nord moyen ;
  • Tanala, clan dont la majorité est nichée en arrière-pays, entre le pays Betsileo et le sud-est ;
  • Bezanozano, Sihanaka, voisins en arrière-pays des Betsimisaraka ;
  • Sakalava, peuple occupant toute la partie ouest de Madagascar.

Leur rassemblement à Antananarivo s’explique par l’insuffisance des infrastructures en régions côtières, surtout vers la fin du XXe siècle. De nos jours, le Gouvernement s’efforce de les décentraliser tout en promouvant le tourisme à travers le pays.

Les Asiatiques et les indiens et pakistanais élisent également domicile à Antananarivo. Les premiers préfèrent le quartier de Behoririka, tandis que les seconds ont fait de Tsaralalàna un véritable quartier commercial. En 2017, beaucoup aspirent au métissage, ce qui contribue fortement à l’évolution de la culture malgache… vers la mondialisation ! Toutefois, cela ne change pour rien au monde la sympathie des habitants.